2010# bureaux Havas // INFOS

HAVAS CHARLES DE GAULLE
136 avenue Charles de Gaulle - Neuilly sur Seine

ANNÉE 2009-2010
Maître de l'Ouvrage : Sci Aineuil

Surface : 15000 m2
Montant des Travaux : 24.500.000 Euro

L'immeuble, situé au 136 de l'avenue Charles de Gaulle à Neuilly, impose le long de celle-ci, depuis le début des années 70, son imposante présence : il entre dans le cadre restreint des fleurons de l'architecture contemporaine.
Lauréate du concours lancé en 1968 par l'Agence Havas, agence de presse et de publicité, les architectes Andrault et Parat mirent en scène, avec vigueur, leurs principes conceptuels : “expression des circulations verticales et horizontales, éclatement des volumes, affirmation des structures” (voir “Parat par Parat” - Éditions Le Cercle d'Art 2010).

L'immeuble principal d'une hauteur de neuf étages, est constitué de trois entités, insérées à l'intérieur du système structurel apparent puissant, dont un cylindre situé au tiers de sa longueur.

Sur l'autre face de la parcelle, deux bâtiments cylindriques (R+3), articulés par un troisième, de même taille, complètent l'ensemble. Trois niveaux d'infrastructure, organisés autour d'un “cratère” central, abritent un auditorium et des salles de réunion.
Trois niveaux de stationnement, d'une capacité de 250 places complètent l'ensemble.

De nombreuses modifications ont été apportées à l'immeuble d'origine, dont la plus visible, réalisée dans les années 80, a consisté à couvrir d'une verrière l'espace central du rez-de-chaussée : supervisée par Pierre Parat, cette mesure permettait de relier l'immeuble principal à ses satellites. De la même manière, à la même époque, a été mise en place une passerelle en acier et en verre qui franchirait le cratère au niveau -2, alors classé ERP. Le hall d'entrée situé dans le volume cylindrique du bâtiment principal, qui, a l'origine, présentait un volume de trois étages à l'intérieur duquel se développait un escalier d'apparat, se vit réduire de façon telle qu'il en perdit sa majesté initiale.

En 2004, Unibail-Rodamco, propriétaire de l'immeuble, nous demanda d'établir un projet de rénovation alors que son locataire Chanel, devait le quitter, ce qui ne fut pas le cas.

Dans la même optique, un nouveau projet fut étudié en 2008, que la vente de l'immeuble ne rendit pas réalisable : le nouveau propriétaire considérera cependant nécessaire de rénover le bâtiment, sur la base d'un nouveau programme.

L'immeuble, en effet, ne correspondait plus aux critères actuels en termes de sécurité incendie, d'installations techniques, d'accessibilité aux handicapés et de confort.
Par ailleurs, certains points du bâtiment, qui lui étaient intrinsèquement liés, en pénalisaient le fonctionnement et l'aspect.

Il en était ainsi de l'organisation spatiale de la partie Ouest du bâtiment principal, dont la partie centrale encombrée de locaux techniques en contredisait l'ampleur et contraignait l'aménagement des plateaux.

Il en était de même, en partie Est du bâtiment principal, en raison de l'implantation de locaux techniques en façade.

Un poteau central, situé au centre du hall d'entrée, prenait le pas sur le volume cylindrique lui-même et en annihilait le caractère enveloppant et accueillant.De la même façon, la présence d'une passerelle au centre du patio central réduisait les possibilités d'aménagement de celui-ci et réduisait le niveau d'éclairement des lieux de travail.

Dans les “satellites”, la présence de locaux techniques orthogonaux, au centre du cercle déterminant chaque étage, en contredisait la géométrie et contraignait leur aménagement intérieur.