2007 bureaux Bassano // INFOS

Bureaux BASSANO
27-29 rue Bassano
75008 PARIS

ANNÉE 2007
Maître de l'Ouvrage : Unibail

Surface : 1800 m2


Ce projet porte sur un ensemble conçu et réalisé par l'architecte Justin PONSARD, en 1870, sur une parcelle de 670 m², consistant en deux hôtels particuliers, contigus, dont les façades sur rue furent traitées sur le même modèle architectural, avec une légère "cassure" qui tenait compte de la dénivellation du terrain ; en fond de parcelle fut érigé un petit bâtiment, scindé en deux, destiné aux écuries.

Entre les années 1950 et les années 1980, les bâtiments principaux et les écuries ont fait l'objet de multiples interventions dictées par la nécessaire adaptation à des temps et à des besoins nouveaux. Ce projet répond aux exigences de programme tout en intégrant les contraintes architecturales dictées par le contexte urbain parisien. Le présent projet répond, d'une part, à des exigences fonctionnelles, et, d'autre part, aux contraintes architecturales dictées par le contexte urbain parisien qui requiert une attitude respectueuse toute particulière.

Sur le plan fonctionnel, qui a trait à la "valeur d'usage", nous avons cherché a lier spatialement les surfaces actuellement distribuées en deux entités distinctes, le bâtiment principal et les écuries ; a accentuer le caractère unitaire des deux corps du bâtiment principal, amorcé en 1978 ; a augmenter le potentiel de flexibilité des aménagements intérieurs de chaque étage ; a reprendre l'ensemble des installations techniques pour répondre aux standards de confort actuel : création de la climatisation, électricité, courants faibles ; a mettre à la disposition des usagers futurs des places de stationnement couvertes.

L'analyse du contexte urbain, conjuguée avec les objectifs définissant le futur cadre de vie des occupants de ce bâtiment, nous ont conduit à proposer les interventions suivantes
-Réouverture du passage cocher sur la rue de Bassano, et traitement à l'identique de son alter ego ; remplacement de la façade sur cour par une façade contemporaine, largement ouverte à la lumière de celle-ci : ce dispositif, qui a le grand mérite de supprimer un élément fort disgracieux du paysage urbain permet aussi, par le jeu de contraste entre façade sur cour et, façade sur rue, d'accentuer le caractère historique de cette dernière ; déplacement de l'ascenseur existant actuellement localisé dans le vide de l'escalier, afin de restituer l'intégrité architecturale d'origine ; suppression des écuries, qui libère la profondeur de la parcelle et permet, nous le verrons, de mettre en place un véritable jardin intérieur ; création d'un corps de bâtiment de deux étages sur rez de chaussée, le long du mur mitoyen Nord, couronné d'une terrasse végétalisée.
Il est prévu de traiter sa façade unique sur la cour de la même manière que celle du bâtiment principal : verre clair sérigraphié miroir.

-Mise en place d'un jardin intérieur, en partie au dessus d'un parking créé en sous-sol, qui investit la cour libérée, mais aussi l'ensemble des murs pignons Sud et Ouest, qu'il est prévu de traiter en "façades végétales".
Cette disposition, qui vient en regard des façades sérigraphiées miroir tend à renforcer la présence végétale par la richesse des reflets qu'elles induisent.

-L'aménagement du jardin intérieur a fait l'objet d'une attention toute particulière : pour renforcer son caractère fédérateur, nous avons mis en place un cercle d'eau "bouillonnante" autour duquel se développe un espace constitué de "pixels" de végétaux déployant toutes les nuances de vert où se déploie, royal, un arbre de haute tige, pivot de la composition : un banc invite à la détente, des "paravents" de verre teinté, qui surgissent radialement de l'anneau d'eau, accentuent l'effet de profondeur du jardin et enrichissent de leurs reflets inattendus la perception de cet écrin de verdure.